Les Indiens préfèrent le Soda Épicé – les 6 saveurs de l’Ayurveda

C’était lors d’une douce journée de janvier à Vadodara, dans l’ouest de l’Inde, que ma

C’était lors d’une douce journée de janvier à Vadodara, dans l’ouest de l’Inde, que ma tante, Apeksha Kaki, annonça que nous irions dans un magasin spécialisé en sodas. C’était la première fois que je rendais visite à ma famille éloignée et qui vivait dans ce vaste pays. J’étais avide d’essayer des plats locaux et des boissons. Je dois avouer que j’étais un peu déçue quand ma tante me mentionna le nom « soda ».

« Quel genre de soda, Kaki ? Comme le Coca Cola ?  » Je demandai à ma tante

« Non, Leena », répondit-elle. « Ça s’appelle … du soda, mais ce n’est pas vraiment le soda que vous avez l’habitude de consommer en Europe. »

Voici un magasin de soda MASALA typique à Mumbai. Les saveurs proposées ici sont celles de l’Inde traditionnelle : mangue, ananas …citron. On y trouve également des saveurs plus occidentalisées telles que la fraise, le kiwi et le mojito.

 

Il était environ 9 heures du soir quand nous avons décidé de rouler jusqu’à ce magasin aux abords de la ville. Un groupe d’une trentaine de personnes s’était rassemblé dans cette petite boutique composée uniquement de deux distributeurs de soda et de quelques employés. Sur le comptoir il y avait une boîte en bois divisée en quelques dizaines de petits compartiments, chacun avec une tasse à soda en plastique. Cela ressemblait en quelque sorte à une chaîne de montage, permettant ainsi au personnel de gérer de nombreuses commandes à la fois.

Plusieurs bouteilles en plastique étaient posées à une extrémité du comptoir. Certaines étaient remplies de jus de citron frais et de sirops natures ou aromatisées. Il y avait des pots contenant des épices et du sel gemme.

(Le sel gemme, appelé aussi l’halite ou le sel de terre. Il se présente sous forme de cristaux. En cuisine, il suffit de le passer au moulin pour une utilisation traditionnelle. Notez qu’il contient un peu moins d’iode que le sel marin.)

Voici un verre de soda NIMBU MASALA, constitué de jus de citron ou de citron vert frais et des épices.

Deux employés ont rempli les gobelets d’eau gazeuse et les ont placés dans les compartiments pour un troisième employé. Ce dernier – l’Homme de la Saveur – termine la préparation des boissons avec des sirops et des épices.

J’étais stupéfaite de la rapidité avec laquelle il se déplaçait, tout comme un danseur, gracieusement, en pressant sans effort du jus de citron frais, le versant et le mélangeant dans des sirops… tout en y ajoutant des condiments, pour enfin remettre les sodas ainsi confectionnés aux clients.

Ma tante me suggéra d’essayer un soda NIMBU. La première gorgée a inondé ma bouche par le citron frais et les épices dont je ne m’attendais absolument pas à trouver dans une tasse de soda : piment, cumin, gingembre, sel noir. Doux, salé, savoureux et surprenant à la fois. Ce n’était pas seulement du soda. C’était le SODA MASALA, la seule gorgée la plus savoureuse que j’ai goûtée de tout mon voyage.

« Le soda MASALA est une boisson énergisante et goûteuse », m’a confié récemment Denise D’Silva Sankhe, une journaliste culinaire basée à Mumbai. « C’est une boisson de quartier typique, là où vous trouverez des vendeurs la servant durant le chaud été indien ». Bien que l’on puisse en trouver partout dans le pays, la plupart des gens s’accordent à dire que le MASALA SODA est originaire du nord de l’Inde.

MASALA signifie mélange d’épices, donc c’est littéralement du soda avec des épices. La boisson que j’ai goûtée est proche du NIMBU PANI, une limonade sucrée et salée ou « limeade » (citron vert) qu’un grand nombre d’Indiens boivent afin de rester bien hydratés pendant les étés chauds, mais il y a une myriade d’autres saveurs.

Le MASALA peut seulement contenir du sel blanc, du sel noir et du cumin. D’autres variétés de MASALA peuvent contenir une liste interminable d’épices dont l’amchoor (mangue aigre séchée en poudre), le poivre noirle gingembrele piment rouge (séché ou frais), le curcuma, l’asafoetida et même l’anar dana (poudre de graines de grenades séchées).

On peut également trouver dans le MASALA, le jal jeera, une saveur populaire à Mumbai et dans l’État du Gujarat, constitué d’un mélange d’épices avec du cumin rôti, par ailleurs utilisé pour une autre boisson d’été traditionnelle du même nom jal jeera et qui  signifie  littéralement eau de cumin.

L’autre ingrédient le plus important de ce MASALA est le kala namak ou sel noir. C’est un sel de roche contenant du souffre et qui donne à la boisson une odeur piquante et forte.

L’eau gazeuse apporte de l’effervescence à la boisson qui peut être encore améliorée avec l’ajout d’un sirop et du nimbu : jus de citron jaune ou du citron vert.

Parfois, il est servi avec des sodas commerciaux, tels que le Thums Up (un cola indien) ou le Sprite.

Un vendeur de soda à Mumbai presse des citrons frais pour la préparation du soda Nimbu. Les pots en plastique devant lui contiennent des mélanges d’épices pour différentes saveurs.

« Toute la cuisine indienne et ayurvédique tend à incorporer six goûts différents : doux, aigre, salé, amer, piquant (épicé) et astringent« , a déclaré le Dr Jay Apte, praticien ayurvédique depuis 35 ans, basé à Mountain View, Cali. Le soda MASALA incorpore toutes ces saveurs, donc naturellement les Indiens l’aiment.

Les traditions ayurvédiques prétendent que les épices dans les sodas apportent avantages et bienfaits pour la santé. Le cumin, par exemple, aide à la digestion. Que ce soit prouvé ou non, les Indiens que j’ai interrogés semblent croire aux pouvoirs thérapeutiques du soda MASALA. Apeksha Kaki m’a dit que c’est une excellente façon de soulager un estomac mal en point, surtout après un repas copieux.

Anupy Singla, écrivaine culinaire installée à Chicago, a approuvé cette croyance. Elle est née au Punjab et a grandi à Philadelphie. « Le soda MASALA est une boisson avec laquelle j’ai grandi, en la buvant si j’avais mal au ventre », dit-elle.  « Nous prenions de l’eau gazeuse, du poivre noir, du sel et du kala namak et faisions notre propre petit soda. C’est ainsi que nous avons  l’habitude de le consommer chez nous. »

Les Indiens aiment tellement leur soda MASALA que même les Entreprises mondiales et régionales le mette en bouteille. En 2012, Coca Cola a relancé un Cola MASALA en bouteille appelé RimZim.

PepsiCo India a sorti 7up Nimbooz Masala Soda. De plus, les marques régionales (qui représentent 15% du marché ) vendent des arômes comme JalJeera ( Jayanti ) et Jeera ( Xalta ).

Mais le commerce de Soda des grandes enseignes manque de personnalisation et surtout de l’atmosphère incomparable d’un magasin de quartier qui est en grande partie à l’origine du MASALA. Comme je l’ai appris à Vadodara, ces magasins sont également des pôles sociaux, des points de rencontres. Cela est particulièrement vrai dans les États aux climats secs comme le Gujarat et qui manquent de bars. Ce sont des lieux de rencontres où les gens se réunissent pour siroter du soda MASALA et discuter entre amis.

J’ai goûté mon soda MASALA préféré chez un de ces vendeurs de rue, à Mumbai. Celui-ci a été conçu à partir de Kokum (un mangustan indien). Pour 20 roupies (31 cents), j’ai siroté mon savoureux soda sucré, aigre et à la fois légèrement doux, tout en regardant des petits groupes d’amis qui allaient et venaient, buvaient leurs sodas et bavardaient.

Le goût et le souvenir sont restés gravés dans ma mémoire pendant de nombreux mois après le voyage.

 

Il s’agit d’un article traduit de l’anglais dont l’auteur est Leena Trivedi-Grenier – rédactrice en Cultures, Coutumes et Alimentation 

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

Retrouvez des boissons indiennes sur notre boutique en ligne. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.